« Métamorphose du bœuf à la crèche » avec Jean Casanave le lundi 18 octobre à 15 h

Retourner en haut

« Conversation académique le lundi 18 octobre à 15 h » 


Académicien honoraire, l’abbé Jean Casanave a été aumônier de jeunes scolaires, d’université, curé de paroisse et pendant trente ans responsable de la formation permanente des chrétiens. Auteur de plusieurs livres « Renouer avec la terre », 1997 ; « Le ciel est rouge , il fera beau », 2004 ; « Éclats de vie », 2007  ou encore «  L’un de vous, prêtre d’une fin de siècle », 2018, Jean Casanave partage partage ses réflexions ou plutôt ses « ruminations » dans son blog – jeancasanave.blogspot.com.

Jean Casanave

Invité de nos conversations académiques, Jean Casanave reviendra sur son dernier livre « Le roman inachevé du bœuf de la crèche » (éditions Médiaspaul ». Un ouvrage dont l’écrivaine et philosophe française Sylvie Germain a signé la préface. « Voici un livre bien singulier : il tient du conte, de la fable, du commentaire biblique tissé serré à celui de l’actualité, et il joue avec la temporalité en déambulant en toute liberté ? mais toujours à bon escient ? à travers deux millénaires d’histoire. Un essai romanesque qui allie l’humour, la fantaisie et la gravité, l’érudition et la réflexion ; une narration biblique et ecclésiale qui entremêle le merveilleux et la dureté de la réalité, des constats sans concession sur la « dénaturation de l’Esprit » et des suggestions judicieuses pour « réparer l’Église » ».

Laissons maintenant à Jan de Bartaloumé, alias Jean Casanave du nom de sa maison natale, l’une des plus anciennes propriétés du village de Jasses, qui est recensée dans le cartulaire de Gaston Fébus, se faire l’interprête de cette figure de la crèche. « Moi, le boeuf, je suis né chez les païens. Mes ancêtres étaient des dieux. J’ai rencontré, par hasard, au fond d’une étable, un âne savant qui habitait en Judée.
Lui, certainement trop pauvre pour être polythéiste, n’avait qu’un Dieu. Il m’a, cependant, permis d’assister, ébahi, à la naissance d’un enfant. Dans le dénuement de ce décor j’ai ressenti comme le frôlement d’ailes qui froufroutait. Par un don spécial, que vous découvrirez à la lecture de mon petit roman, j’ai pu accompagner cet enfant tout au long de sa carrière. Il est mort, encore jeune, assassiné. Mais son histoire n’était pas achevée. J’ai suivi de très près, une autre naissance : celle d’une Église qui se réclamait de lui. J’ai vécu de l’intérieur ses mystères joyeux, glorieux, douloureux et même honteux.

Aujourd’hui, ma fin approchant, j’attends que la brise des anges monte en puissance, balaye les feuilles mortes et nous inonde d’une pluie féconde. Au premier coup d’oeil, vous pourrez sourire des aventures que l’âne et moi avons vécues. Une deuxième lecture vous amènera à mieux saisir en quoi ces naissances sont une cassure dans l’histoire des religions. Et si le coeur vous en dit, vous reconstruirez la crèche-Église de vos rêves, celle dont les anges applaudissaient la venue en battant des ailes … de feu ! »


Ce cinquième ouvrage de Jean Casanave balaye superbement l’histoire de la religion chrétienne de la crèche de Bethléem jusqu’à celles très tourmentées d’aujourd’hui. Avec ce constat d’un monde « à la fois tragique dans sa fragilité et sublime par ses possibilités. » 


AGENDA : Conversation académique le lundi 18 octobre à 15 h

Jean Casanave

le : 14/12/2019